Etats d'âmes

Avançant pas à pas dans un brouillard de doutes
en automates d’un monde qui oublie de vivre
nos  âmes vagabondes se cherchent et espèrent
entrevoir le comment
le pourquoi de leur route

Derniers parmi tant d’autres dans cette course au temps
abandonnés d’un monde qui est parti sans nous
on se relève la tête et on voit tous ces gens
ces autres que l’on n’est pas
mais qui nous ressemblent tant

Alors on se regarde nos solitudes à s’en bruler les yeux
trop lâches et orgueilleux pour faire tomber nos masques
on s’en remet prisonniers à nos costumes de chair
boucliers de nos âmes
mais surtout tortionnaires

Alors on se regarde nos peurs qu’on a envie d’hurler
le poids d’un monde malade bien trop lourd à porter
pour nos épaules fragiles sur le point de céder
notre putain d’impuissance
mais on reste sans voix

Alors on se regarde nos larmes qu’on ne sait plus verser
asséchés de rancœur et las de partager
cette douce eau salée  qui trahit nos armées
et inonde nos rives
et fait déborder nos âmes

Alors on se regarde nos bleus et on console sa douleur
de n’être pas tout seul à se cogner au monde
le reflet d’un miroir de reproches et d’espoir
et l’étranger d’hier devient compagnon de peine
 et frère de combat

Et si enfin on se regardait nos rêves
à se laisser surprendre de cette même envie d’être
on pourrait s’inventer un nouvel horizon
où le temps s’arrêterait pour aimer chaque instant
et le monde comprendrait qu’il serait enfin temps
de regarder nos vies  et puis de prendre soin
de nos états d’âmes

Joki, août 2014
Création associée: